Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Plus d'ouragans pour les années à venir

    Mercredi 21 septembre 2005

    Un expert prédit davantage d'ouragans pour les années à venir. L'océan Atlantique connaît une phase d'activité cyclonique accrue qui devrait se traduire par une augmentation du nombre des ouragans dans les dix ou vingt prochaines années, met en garde le patron du Centre américain de surveillance des ouragans (NHC).

    Lors d'une audition devant une commission sénatoriale, Max Mayfield a affirmé mardi que le phénomène était lié à un cycle naturel dans l'Atlantique qui revient tous les 25 à 40 ans, et a rejeté tout lien avec le réchauffement climatique.

    Il a précisé que l'Atlantique avait déjà connu une recrudescence de l'activité cyclonique qui a commencé dans les années 40 et a pris fin dans les années 60. Il estime que le phénomène est en train de se reproduire et devrait se traduire par une augmentation du nombre d'ouragans, qu'ils soient grands ou petits.

    La période d'accalmie qui avait suivi la fin du cycle précédent a duré jusqu'en 1995, affirme le directeur du NHC. Depuis, le nombre et la puissance des ouragans ont fortement augmenté.

    Max Mayfield a prédit que de nouvelles tempêtes tropicales se formeraient cette année. La dernière, Rita, est la 17e de la saison des ouragans dans l'Atlantique, qui va de juin à novembre. On a commencé à les répertorier en 1851 et c'est en 1933 que l'on en a recensé le plus grand nombre: 21.

    M. Mayfield a énuméré une série de villes et de régions en plus de La Nouvelle-Orléans, qui seraient "particulièrement vulnérables" au risque cyclonique: Houston et Galveston au Texas, Tampa et l'archipel des Keys en Floride, New York et Long Island, ainsi que la Nouvelle Angleterre (Nord-Est des Etats-Unis). "Katrina ne sera pas le dernier grand ouragan à frapper une zone vulnérable", a-t-il averti.

    Les prédictions du NHC concernant le déplacement de Katrina ont été plus précises que d'habitude mais la tempête s'est renforcée davantage et plus vite que prévu lors de son passage sur le Golfe du Mexique, a déclaré Max Mayfield.

    Interrogé par la commission parlementaire, un expert a souligné que les météorologues avaient progressé dans la prévision de la trajectoire d'une perturbation sur une période de quelques jours mais avaient plus de mal à prévoir son intensité.

  • Les silhouettes de la tour Windsor

    19 janvier 2005

    Une vidéo montre deux silhouettes mystérieuses dans la tour Windsor dévastée par les flammes.

    La police espagnole analyse actuellement une vidéo amateur de la tour Windsor, dévastée par un incendie spectaculaire le week-end dernier, sur laquelle semblent apparaître deux personnes à l'intérieur du bâtiment, a-t-on appris samedi de sources officielles.

    medium_windsor.jpgL'enregistrement a été diffusé sur les chaînes de télévision espagnoles. L'origine de l'incendie n'a toujours pas été identifiée, bien que l'hypothèse d'un court-circuit ait été évoquée. Le sinistre n'a fait aucune victime.

    Ason, la société immobilière à laquelle appartient l'immeuble de 106m de haut, a diffusé un communiqué dans lequel elle affirme ne pas croire à un court-circuit et appelle la police à trouver «la personne responsable de cette horrible catastrophe».
    La vidéo, d'une durée de 90 secondes, a été enregistrée par Carlos Just, un homme originaire de Barcelone qui se trouvait à Madrid pour des affaires et séjournait chez des proches habitant dans l'immeuble situé en face de la tour Windsor.

    Les pompiers avaient évacué le bâtiment vers 1h du matin, le 13 février, afin de lutter contre les flammes de l'extérieur. Mais, aux alentours de 3h, Carlos Just a commencé à filmer l'incendie et aperçu ce qui semble être les silhouettes de deux personnes à une fenêtre située plusieurs niveaux en dessous du 21e étage, où l'incendie aurait éclaté.
    Mais, selon des ingénieurs cités par le quotidien «El Pais», personne n'aurait pu supporter les températures qui devaient être enregistrées à l'intérieur de l'immeuble au moment de l'enregistrement.

    Des responsables de la société d'audit et de conseil financier Deloitte, qui occupait la plupart des étages du bâtiment, aucun de ses employés ne se trouvait sur place cette nuit-là. Selon eux, il pourrait s'agir du reflet de personnes qui regardaient le sinistre d'un autre immeuble.

    Source : AP

    > Lire et télécharger la vidéo à partir du dossier complet (en espagnol) sur le site d'El Mundo


  • Le trou d'ozone toujours plus large

    Mardi 30 août 2005

    Le trou d'ozone de l'Antarctique s'est élargi de façon spectaculaire en août, il continue à le faire et pourrait atteindre son maximum pour l'année en septembre, selon des observations du satellite d'environnement européen Envisat, a annoncé l'ESA (l'Agence Spatiale Européenne) mardi.

    medium_ozone2005.jpgEnvisat a été témoin, depuis la mi-août, d'une augmentation de l'ordre de 10 millions de kilomètres carrés du trou d'ozone, soit la superficie de l'Europe. Il n'a été supérieur en dimension qu'en 1996 et 2000, précise l'ESA.

    Le spectromètre SCIAMACHY d'Envisat, conçu pour mesurer l'abondance de certains constituants atmosphériques dans la troposphère et la stratosphère, permet un suivi régulier des niveaux d'ozone à l'échelle de la planète et compile une base de données qui remontera jusqu'au milieu des années 90.

    Il étudie le trou d'ozone au plan de la taille et de la durée, afin de jeter les bases d'un système de prévision dans le cadre d'un protocole de surveillance baptisé Promote, qui regroupe 30 partenaires de 11 pays.

    Le service Promote stipule que les résultats obtenus par le satellite sont combinés aux données météorologiques et simulations de vents et sont utilisés par l'organisation mondiale de Méteorologie (OMM) pour établir et actualiser son Bulletin Ozone de l'Antarctique.

    La couche d'ozone de la stratosphère protège la vie sur Terre du danger des rayons ultraviolets (UV). Elle est menacée par la présence de certaines substances chimiques dans l'atmosphère telles que la chlorine émanant de polluants dus à l'activité humaine comme les chlorofluorocarbones (composés contenant du carbone ainsi que du fluor et du chlore) appelés CFC.

    Bannis par le protocole de Montréal en 1987, ils étaient auparavant largement utilisés dans les aérosols et les réfrigérateurs. Les CFC sont inertes, mais les rayons UV en altitude dans l'atmosphère les décomposent. Une seule molécule de chlorine peut détruire des milliers de molécule d'ozone.

    Source : AFP, Paris.

  • La vie serait née dans l'espace interstellaire

    23 juillet 2005

    Une équipe de chercheurs franco-allemande a réussi à obtenir une preuve selon laquelle la vie aurait bien pu apparaître dans l'espace, en analysant des "molécules de la vie" que sont les acides aminés dans des conditions du milieu interstellaire, annonce vendredi l'Université de Nice Sophia Antipolis.

    Les scientifiques de l'université, dirigés par Uwe Meierhenrich, en collaboration avec ceux du LURE/CEA/SOLEIL à Orsay et du CNRS Orléans, ont vu se former, sur leurs échantillons d'acides aminés (utilisés par les cellules pour fabriquer des protéines) irradiés à l'aide d'un synchrotron, un mélange asymétrique de ces acides à partir d'un mélange symétrique.

    Plutôt abscons pour un profane, ces travaux sont est en fait de la plus haute importance scientifique puisqu'il montrent, expliquent les chercheurs, qu'un tel phénomène, provoqué en laboratoire par un rayonnement polarisé circulaire gauche et droit pour simuler des conditions astrophysiques, pourrait être à l'origine de la vie sur Terre.

    Les organismes vivants ne sont pas symétriques, et l'homme n'échappe pas à la règle, soulignent Uwe Meierhenrich et ses collègues. Leur travail vient d'être publié dans l'édition internationale de la revue allemande "Angewandte Chemie (Chimie appliquée)".

    medium_space1.3.jpgCertains sont droitiers, d'autres gauchers, le coeur du côté gauche et le foie du côté droit. Et cette rupture de symétrie (ou homo-chiralité) existe aussi au niveau moléculaire, poursuivent les chercheurs. Les agents de saveurs et les parfums possèdent des odeurs différentes selon qu’elles sont du type gauche ou droit. Mise en évidence par Louis Pasteur dès 1847, cette propriété est appelée, en sciences naturelles, asymétrie bio-moléculaire.

    Des expériences similaires avaient déjà été menées aux Etats-Unis, mais les acides aminés se trouvaient alors en solution, alors qu'un état liquide n’est pas représentatif des conditions du milieu interstellaire. "La percée de notre expérience, conduite lors de plusieurs sessions d’irradiation intense de jour comme de nuit, a consisté à choisir nos échantillons, les acides aminés, à l’état solide", résume Uwe Meierhenrich.

    Les conclusions de ce travail suggèrent donc que l’homo-chiralité des acides aminés est apparue dans l’espace interstellaire, bien avant l’origine et l’évolution de la vie sur Terre. Ultérieurement, ces acides aminés asymétriques ont été transportés sur Terre, via des météorites et des comètes, où ils ont déclenché l’apparition de la vie.

    Source : AFP, Paris.

  • Les infrasons font peur

    Lundi 8 septembre 2003

    Les sons à très basse fréquence, inaudibles pour l'oreille humaine, peuvent néanmoins provoquer certaines réactions ou sentiments étranges comme des frissons, de la peur, de l'anxiété ou une grande tristesse, révèlent lundi des scientifiques britanniques.

    Leur expérience, menée sous contrôle, accrédite l'idée répandue qu'il existe un lien entre les infrasons et l'apparition de sensations curieuses. Le Dr Richard Lord, chercheur en acoustique au Laboratoire National de Physique, et le professeur Richard Wiseman, psychologue à l'université du Hertfordshire, ont testé les effets des infrasons sur 750 personnes lors d'un concert à Londres. Ils ont introduit des sons à basse fréquence dans certains des quatre morceaux de musique contemporaine proposés et ont demandé à l'auditoire de décrire ses réactions.

    Environ 22% du public, qui ignorait quels morceaux contenaient des infrasons, ont fait état de réactions inhabituelles - tristesse, frissons, peur... - lorsque la musique distillait également de sons à basse fréquence.
    "Ces résultats montrent qu'un son à très basse fréquence peut entraîner des réactions inhabituelles chez les gens même s'ils ne peuvent pas consciemment le détecter", a assuré Wiseman, qui présentaient les résultats de l'étude lors d'une conférence scientifique de la British Association.

    "Normalement, vous ne pouvez pas entendre (les infrasons)", a expliqué Lord, ajoutant que les infrasons sont également générés par des phénomènes naturels. Certains chercheurs ont suggéré que ce niveau de son peut être relevé dans certaines maisons dites hantées et ainsi provoqué des sensations curieuses couramment attribuées à la présence d'un fantôme - nos découvertes confirment cette thèse", a précisé Wiseman.

    Les infrasons sont également produits par les orages, les vents et certains types de tremblements de terre. Certains animaux comme les éléphants s'en servent pour communiquer ou repousser leurs ennemis.

    Source : Reuters, Manchester.

  • Un lac disparaît en Russie

    Jeudi 19 mai 2005

    Les habitants d'un village de Russie ont découvert jeudi matin, médusés, que leur lac avait disparu au cours de la nuit. La chaîne de télévision NTV a diffusé des images d'un vaste cratère boueux sous un soleil printanier, devant lequel se tenaient des pêcheurs éplorés du village de Bolotniko.

    "Si quelqu'un s'était trouvé dans cette catastrophe, il n'aurait eu à peu près aucune chance de survie. Les arbres ont basculé vers le bas, sous le sol", a dit à la télévision Dimitri Zaitsev, représentant du ministère des Situations d'urgence.

    Des responsables de la région de Nijegorodskaïa, située à l'est de Moscou le long de la Volga, ont jugé possible que le lac ait été aspiré dans un cours d'eau souterrain ou un réseau de grottes, mais certains villageois ont des explications plus sombres.

    "Je crois que l'Amérique a fini par nous atteindre", a confié une vieille femme assise devant sa maison.

    Source : Reuters, Moscou.

  • Nigéria : avion ou OVNI?

    Dimanche 1 février 2004

    La sécurité aérienne du Nigeria a officiellement classé comme objet volant non identifié l'avion que des témoins affirment avoir vu s'abîmer vendredi soir au large de Lagos mais qui est resté invisible sur tous les écrans de contrôle. Sur les lieux de l'accident, au large de la plage de Goshen, les équipes de secours n'ont retrouvé aucune trace de l'appareil.

    "Des témoins ont assurément vu un objet s'abîmer dans l'Océan atlantique mais nous le classons désormais comme un Ovni", a déclaré dimanche à Reuters le directeur exécutif de l'organisme national de sûreté aérienne (NASI), le capitaine Jerry Agbeyegbe.

    Près de 48 heures après l'accident, aucune compagnie nigériane n'a fait état de la disparition d'un de ses avions. Les contrôleurs aériens de Lagos n'ont enregistré aucun vol dans l'espace aérien du pays au moment de l'accident supposé.

    "Nous sommes las de sonder les eaux de l'océan et nous sommes à présent convaincus qu'il n'y a pas eu d'accident d'avion", a affirmé pour sa part le président de la Croix-Rouge nigériane, Emmanuel Ijewere.

    Source : Reuters, Lagos.

  • Les grandes villes d'Europe commencent à sentir le réchauffement climatique

    Jeudi 11 août 2005

    Les températures estivales ont augmenté fortement dans la plupart des villes d'Europe occidentale depuis 30 ans, a indiqué jeudi à Genève le Fonds mondial de la nature (WWF), y voyant une illustration de l'accélération du changement climatique.

    medium_meteo2.4.jpgEntre 2000 et 2004, la température moyenne de 13 des 16 villes mises sous observation était supérieure d'au moins 1 degré Celsius à celles observée entre 1970-1975, rapporte le WWF, dont l'étude porte sur 15 villes de l'UE avant l'élargissement et Varsovie.

    La plus forte hausse a été enregistrée à Madrid (+2,2 degrés Celsius), où la température moyenne en été atteint désormais 23,7 degrés. A Londres, la température moyenne est désormais de 22,5%, contre 20,5 degrés il y a 30 ans. Dublin et Copenhague ont enregistré les hausses les plus faibles, avec seulement +0,7 et +0,2 degré. La température moyenne en Europe a augmenté de 0,8 degré au cours du siècle écoulé, selon le groupe intergouvernemental de l'Onu sur les changements climatiques.

    Ce groupe de scientifiques prévoit que les températures moyennes du vieux continent devraient augmenter de 0,1 à 0,4 degré tous les dix ans, avec des vagues de chaleur en été de plus en plus intenses et fréquentes. Selon le WWF, la "pollution" liée au secteur de l'énergie est la principale cause du réchauffement climatique.

    "Les villes reflètent cette tendance", a expliqué Imogen Zethoven du WWF. "Les températures montent de plus en plus l'été, et c'est dû surtout au secteur de l'énergie". Cette étude du WWF fait partie de la campagne lancée par l'organisation pour amener les gouvernements à remplacer des centrales "vieilles et sales" et à produire de l'énergie à partir de sources moins émettrices de gaz à effet de serre, comme l'hydro-électricité, le vent, ou le gaz naturel. Le WWF souligne ainsi que les centrales électriques sont responsables de 39% des émissions de gaz carbonique.

    Selon Martin Beniston, un expert en climatologie de l'université de Fribourg, en Suisse, l'étude "montre que quelque chose est en train de se passer, et que l'environnement urbain est plus réactif. Nous savons à présent que les villes sont des îles de chaleur, par rapport à d'autres environnements non-citadins", estime-t-il.

    Selon M. Beniston, à la campagne, l'évaporation des zones plantées aide à rafraîchir l'atmosphère. Le réchauffement climatique, appelé aussi "effet de serre", est causé par les émissions de gaz à effet de serre, en particulier de gaz carbonique, provoquées notamment par la combustion de pétrole, de gaz ou de charbon.

    Source : AFP, Genève.

  • Les plages australiennes sous la neige

    Mercredi 10 août 2005

    Un front froid venu de l'Antarctique provoque des chutes de neige inédites sur les plages et les massifs montagneux du sud-est de l'Australie, contraignant les autorités à fermer des écoles et des autoroutes.

    Pour la première fois depuis une vingtaine d'années, de la neige est tombée sur l'île de Tasmanie, sur les plages et les montagnes de l'Etat de Victoria, en Nouvelle Galles du Sud et sur le siège du parlement à Canberra.

    "Je dois dire que ce sont les chutes de neige les plus importantes que j'ai vues en 21 ans de travail", a déclaré Scott Williams, prévisionniste au Bureau météorologique australien.

    Dans l'Etat de Victoria, les chutes de neige sur la ville de Melbourne sont les plus importantes depuis 40 ans.

    Source : Reuters, Canberra.

  • Une météo capricieuse enflamme le Portugal et glace l'Autriche

    Mercredi 8 juin 2005

    Les habitants des Alpes autrichiennes ont eu la surprise de découvrir mercredi matin leurs montagnes, jardins et routes
    recouvertes d'une couche de 40 centimètres de neige, alors qu'au Portugal, trois incendies ont éclaté après trois journées de canicule (40°C).

    Ce sont donc des camions de déneigement qui ont aidé les automobilistes habitant dans les hauteurs de la province de Salzbourg à se déplacer mercredi matin tandis que dans le nord du Portugal, les forces de l'armée se tenaient prêtes à évacuer, en cas de besoin, les habitants des zones touchées par le feu.

    Dans les deux cas, des températures anormalement basses ou élevées sont à l'origine de ces caprices météorologiques, qui n'ont fait ni victimes, ni dégâts.

    Source : AP

  • "Ce fameux réchauffement n'est pas démontré".

    Extrait d'une déclaration non dénuée d'intérêt de Laurent de Angelis, journaliste scientifique (Le Point, Espace Magazine) récupérée le 25 juin 2005 sur un forum en ligne :

    "Contrairement à ce que le commentaire laisse entendre "la communauté scientifique" (il faudrait déjà s'entendre sur ce que signifie exactement cette expression!) n'est pas "unanime" sur la question du réchauffement. Mais, faisant régner un véritable terrorisme intellectuel, les ayatollahs du réchauffement climatique ont imposé le politiquement correct sur cette question. Mallheur à qui ose contredire leur version ! Pourtant, ce fameux réchauffement qui serait soit disant le fait de l'homme n'est pas démontré.
    Il peut fort bien avoir une origine naturelle, comme le montre l'histoire de la terre. Il y a 50 millions d'années, Paris était un paradis tropical, et les pôles se sont couverts de glace il y a 20 millions d'années seulement (Oligocène)... Quant aux fameux "modèles" climatiques, dont on nous rebat les oreilles, ils sont fortement sujets à caution, étant donné qu'ils sont une extrapolation de modèles météo, déjà incapables de prédire le climat... à plus de 10 jours. De nombreux paramètres climatiques restent totalement
    inconnus, et ne sont pas intégrés dans les sacros saints "modèles"! Comment pourraient t'ils "prédire" ce qui se passera dans 100 ans ? Alors soyons vigilants, mais sachons raison garder..."

    Voici bien le genre de propos qui déclenchent en général les cris d'orfraie des bien-pensants de la climatologie. Pourquoi n'entendons-nous toujours qu'une seule interprétation des faits ? La question mérite d'être posée, non ? Nous y reviendrons.

  • Une "boule de feu" irradie le ciel de Finlande

    Mercredi 18 mai 2005

    medium_fireball.gifUne "boule de feu" d'une exceptionnelle intensité lumineuse a traversé le ciel de Finlande mardi soir avant d'exploser au-dessus de la frontière russo-finlandaise, a indiqué la Société finlandaise d'astronomie URSA. Le phénomène a été observé par des dizaines d'habitants de l'est du pays.

    "Nos mathématiciens ont grossièrement calculé que la chute s'est produite au-delà de notre frontière orientale et s'est terminée par une explosion au-dessus de la Carélie russe", a indiqué à l'AFP Marko Pekkola, rédacteur en chef du journal de l'URSA.

    De savants calculs seront nécessaires pour déterminer la trajectoire exacte de cette "boule de feu", sans doute une météorite incandescente, a-t-il ajouté.

    Source : AFP, Helsinki.